Châteaudun Terre d'Envol

Au cœur de l’histoire de l’aéronautique

Châteaudun s’est très rapidement inscrite comme une terre envol. Plusieurs pionniers de l’aéronautique y effectuent des passages et des démonstrations aériennes lors des prémices de l’aviation au tout début des années 1910 comme le comte de Malinsky qui se pose à Châteaudun aux commandes de son Farman en 1910 et les trois compagnons Roland Garros, René Barrier (natif de Châteaudun) et le Suisse Edmond Audemars qui participent à une grande fête de l’aviation organisée en 1912.

Le camp de manœuvres militaires de Nivouville sert déjà de terrain d’entrainement pour les pilotes alliés en 1917-1918 et en 1934, année de création de l’Armée de l’Air, il est décidé de transformer le terrain en un véritable camp d’aviation. Une grande piste est opérationnelle en 1936 et en 1937 le camp d'aviation devient une base entrepôt permettant de stocker et d'entretenir les nombreux aéronefs de l’Armée de l’Air. La base aérienne 279, baptisée « Lieutenant Beau » d’après le pilote de chasse Marcel Beau mort pour la France en mai 1940 après avoir décollé de Châteaudun, ferme finalement ses portes à la fin de l’année 2021.

Un site en plein essor

La page militaire s’est désormais tournée et depuis octobre 2022 la Communauté de communes du Grand Châteaudun est propriétaire de la plateforme aéronautique dont la gestion est assurée par la Société Publique Locale Air Châteaudun (https://airchateaudun.com). C’est aujourd’hui un aérodrome civil qui se développe au service du territoire et qui accueille également l’Aéroclub Jean Fournier de Châteaudun et le conservatoire aéronautique CANOPEE qui présente une impressionnante collection d’aéronefs ayant volés sous les couleurs françaises depuis la seconde moitié du 20e siècle.